Découvrez la Casa Batlló, la quintessence de l’art d’Antoni Gaudí

Le destin d’Antoni Gaudí est intimement lié à la ville de Barcelone, en Catalogne espagnole. Né à Reus en 1852, l’homme y décède en 1926, renversé par un tramway. L’immense artiste a signé sept œuvres majeures inscrites au patrimoine mondial de l’Humanité. La fameuse Casa Batlló est certainement la plus connue, suivie de la crypte de la Sagrada Família et celle de la Colonia Güell. On lui doit également la Casa Milà, la Casa Vicens, la façade de la Nativité, ainsi que le parc et le palais Güell. Ce géant du modernisme catalan, dont le génie a marqué le paysage culturel du 20e siècle, est aussi l’auteur de 14 chefs-d’œuvre qui se découvrent lors d’une visite de sa cité de prédilection.

Antoni Gaudí et Barcelone : un destin commun… et hors du commun !

Le talent d’Antoni Gaudí n’a certainement rien d’égal que celui de Salvador Dalí ou de Pablo Picasso. Et pour cause, l’homme était un architecte unique au monde. Il imaginait des immeubles avec des détails surprenants apposés sur une ossature dont la masse se trouvait pourtant allégée. L’artiste mélangeait harmonieusement des matériaux divers : béton, céramique, fer, bois, verre… Force est de reconnaître qu’il transformait tout ce qu’il touchait en or, et ses idées se matérialisaient dans un incroyable foisonnement.

Antoni Gaudí trouvait son inspiration dans la nature dont il étudiait minutieusement les proportions. L’équilibre parfait qu’il y trouvait lui insufflait sans cesse de novelles méthodes de construction. Il aimait également donner une seconde vie aux objets et décorer les façades en usant de la technique du « trencandis » qui consiste à apposer côte à côte des morceaux de faïence, céramique, verre ou métal.

Construite entre 1904 et 1906, la Casa Batlló représente la quintessence du génie d’Antoni Gaudí. Les riches ornements ne laissent personne indifférent, l’ensemble très harmonieux domine le Passeig de Gracia, non loin de la Place de Catalogne. La façade extravagante se distingue par ses mille et une pièces de métal, pierre, céramiques multicolores disposées selon la technique du « trencandis ».

La Sagrada Familia sur le même pied d’égalité que la Casa Batlló

Antoni Gaudí n’a pu terminer la Sagrada Familia, l’œuvre qui l’instaurera définitivement dans la postérité. De nouvelles générations d’architectes se sont illustrées dans son sillage, prenant racine dans l’Art Nouveau qui exerçait alors une très forte influence en Europe. Le modernisme catalan, qui est né de l’impulsion d’une classe bourgeoise avide de modernité, ne pouvait alors se passer se du mécénat des familles aisées.

Le modernisme catalan incarné par Antoni Gaudí se caractérise par une architecture inspirée du courant gothique, une abondance d’éléments ornementa et une utilisation fréquente des motifs floraux. Une prédominance de la courbe au détriment de la ligne droite et des formes asymétriques ainsi eu des méthodes de constructions traditionnelles comme les tuiles vernissées ont aussi contribué à la « fama » du maître.

Autre œuvre d’Antoni Gaudí, la Sagrada Familia ou « temple expiatoire de la Sainte Famille », est égale distance de la mer et du Tibidabo, au centre de la plaine de Barcelone. Commencé en 1882, avec une fin des travaux prévue pour 2026, le site compte environ 30% du chantier à terminer ! La Sagrada Familia comptera alors 18 tours, dont la tour du Christ, qui s’élèvera à plus de 170 mètres et offrira aux visiteurs une vue panoramique à couper le souffle !